Our dudes


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [1.2] Le sale travail

Aller en bas 
AuteurMessage
Corvus Hunter

Chaos' hunter


Corvus Hunter

Messages : 93
Date d'inscription : 28/03/2015

[1.2] Le sale travail Empty
MessageSujet: [1.2] Le sale travail   [1.2] Le sale travail EmptyLun 27 Mai - 23:50


(EP01P2) Le sale travail


S'il y avait une chose pour laquelle Corvus Hunter en voulait aux Autres Divins, en plus de leur punition à la con qui avait manqué de le rendre fou, c'était bien de l'avoir tenu éloigné de plus de 500 ans d'évolution humaine. Parce qu'il pouvait les considérer comme bien des choses, mais leur soif de savoir, d'avancer, d'inventer l'avait toujours attiré, séduit et fasciné. L'Humanité avec de l'imagination à revendre. Et lui avait toujours été aux premières loges pour en profiter, l’insuffler. S'en repaître et ne jamais s'ennuyer.
Et là.. Voilà que tout avait fait un bond immense sans l'attendre, sans qu'il puisse en jouir correctement. Il en avait été largué, ivre aussi.

A défaut de l'être pour chose.

D'un geste brusque il changea la vitesse de sa voiture de sport pour contrôler le dérapage peu discret dans le virage, frôler de justesse le trottoir surélevé et s'engouffrer dans la bonne ruelle à une vitesse qui aurait fait pâlir un agent de l'ordre. Un mouvement de plus. Le vrombissement du moteur rugit presque autant que le petit vieux qui manqua la crise cardiaque en se jetant sur le côté, sa canne serrée contre sa poitrine. Comme si Corvus aurait pu mal calculer sa trajectoire.Comme si sa petite Vertigo pouvait lui désobéir à lui et son doigté divin. Risible.

Appréciant la sensation du levier de vitesse dans sa paume, l'Entité magique referma davantage ses doigts autour de ce dernier et prit un malin plaisir à pousser son véhicule encore plus loin, ressentir les vibrations de l'engin mécanique, presque palpitant, vivant. Avant de finalement la garer en grande pompe devant la grille d'une habitation.

"Monsieur! Vous ne pouvez pas vous ga.."


La portière tout juste refermée derrière lui, Corvus Hunter tapota sur son col d'un geste aussi assuré que moqueur sans même prendre la peine de répondre à l'homme qui venait de l'alpaguer. Le visage de ce dernier se figea un instant de brève incompréhension avant que l'illumination ne se fasse. Que ses traits se détendent d'un coup comme si le Sauveur en personne venait d'apparaître devant sa porte. Ce qui était plus ou moins le cas non?

Tenue de prêtre:
 

[1.2] Le sale travail Udw5

"Mon père..toutes mes excuses, je ne savais pas, je.."

"Oui oui..Ne perdons pas de temps, ok?"

"Oui, bien sur. Venez...Nous vous attendions."

Ouvrant la marche, l'homme précéda l'être Divin, ne pouvant s'empêcher de lui jeter régulièrement des coups d’œil vraiment peu discrets.

"Mon père, merci, merci d'être venu! Nous ne savions plus quoi faire, nous..."


La femme, vraisemblablement plus vive intellectuellement que son mari, venait d'attraper la main du Corbeau en la secouant bien trop, faisant grimacer ce dernier qui la retira rapidement.

"Je suis là, c'est bon. Où est-il?"
Dans un bruit sourd, un objet non identifié fracassa une vitre pour s'écraser à quelques mètres d'eux.

"Ah j'ai ma réponse! Clair et précis, comme je les aime!" Se moqua l'Entité en souriant tandis que les deux humains avaient sursauté sous l'impact, avant d'observer "le Père" d'un air gêné.

"Il..il n'est pas comme ça d'habitude. Enfin pas à ce point, je vous prie de me croire, mon Père."

" Il a raison de ne pas être très heureux de me voir arriver..."

Un autre objet venait de voltiger, aussitôt suivit d'une chaise entière, et d'autres choses variées faisant tressaillir les parents qui se rapprochèrent l'un de l'autre d'un air désespéré. Hunter ne fit que sourire en gardant son regard sur la fenêtre brisée.

"Vous..vous pensez parvenir à nous ramener notre petit garçon? Il n'est pas dans son état normal.." Sans blague..Si pertinents ces humains.." Il a même..enfin j'en suis presque sure, il volait au-dessus de son lit! C'est de la sorcellerie cela, non? Vous pourrez y faire quelque chose?"

"Oui oui, bien sûr" répondit le Grand Sage d'un air absent, les yeux posés sur les objets qui s'étaient écrasés sur le sol, comme y cherchant quelque chose. Un fin sourire étira ses lèvres lorsqu'il reconnut une batte en bon état étant donné sa chute. D'un geste il retrouva la balle de baseball qui allait avec, non loin.

"Voyons voir.."

D'un mouvement leste, il envoya la balle dans la chambre sombre que l'on devinait depuis l’extérieur. Un cri. Puis plus rien. Juste avant que la balle ne soit retournée à l'envoyeur avec une puissance décuplée, frôlant le faux prêtre de peu pour s'écraser avec force dans le tronc d'un arbre juste derrière lui. Évidemment il n'avait eu qu'à se décaler légèrement pour éviter le projectile, sous le cri horrifié des parents.

"Il est plutôt énervé oui... Rien de bien grave, je vais me le faire sans problème."

Enlevant enfin son imposante veste dissimulant le reste de sa tenue religieuse, Corvus la lança au père sans même lui accorder un regard et se dirigea vers la maison en sifflotant. Cette journée allait être sympathique, avec juste ce qu'il fallait d'action et d'amusement avant de se faire plaisir un peu plus tard dans la soirée.

Première marche, l'odeur flottant dans les airs lui arracha un moue dédaigneuse. Typique des possédés. Devant la porte l'aura froide qui y flottait ne pouvait tromper personne. Du moins pas quelqu'un comme lui. Ce serait facile.

"Bonjour bonjour, c'est le Marchand de Sable pour les vilains garçons !"

Un grand sourire aux lèvres, suintant l'assurance de ceux qui se savent supérieurs, l'ange déchu pénétra dans la pièce sans une once d'inquiétude, la batte de baseball pendant nonchalamment dans le prolongement de son bras.

"Mon père..aidez-moi.."
au milieu de la pièce bordélique, une silhouette enfantine était attachée sur un lit aux draps froissés. Corvus sourit en s'avançant. "J'ai peur...aidez-moi, détachez moi.." l'enfant était prostré, chouinant dans d'inégalables sursauts de pleurs qui auraient brisé le cœur de n'importe qui. Corvus Hunter retint à peine une mimique de mépris en s'approchant de lui et s'arrêta juste devant le juvénile prisonnier. Les mains s'appuyant sur la batte retournée.

"M..merci..j'ai mal..Tellement mal." "Mal?" Son ton était éloquent, terriblement faux dans son empathie. "Petit menteur..."

L'autre renifla, toujours dans son rôle de victime. "Ne les croyez pas... Aidez-moi, pitié mon Père."

Un sourire cruel souleva les lèvres du Grand Corbeau. Même s'il n'avait pas comprit la nature du monstre qui habitait le corps de l'enfant avant même d'arriver, le reflet du miroir non loin révélait tout pour quelqu'un comme lui.

"Je suis effectivement venu pour aider..." "Merci..merci.." "Mais pas toi."

La réaction de la créature le fit éclater de rire alors qu'il se recula juste ce qu'il fallait pour éviter l'attaque de sa main.

"Libères moi!" Le ton du possédé avait perdu toute pleurnicherie pour devenir un véritable ordre. Faisant trembler quelques bibelots. Le rire de l'immortel s’amplifia.

"Vraiment? Qui crois-tu convaincre ainsi? Au moins les pleurnicheries avaient un minimum d’intérêt.."

"Si tu ne me libères pas..."


"Ah, on passe aux menaces maintenant! Bien, enfin du sérieux! Et donc? Que fera-tu? M'arrachera-tu la tête? Vas-tu y boire mon sang à même mes artères? Piétiner mon corps pour en faire de la bouillie? Me disloquer au point que personne ne me reconnaîtra? Ou encore.."

"Oui oui, tout à fait! Et même plus encore!"

"Quelle imagination! J'en suis toute chose!"

L'autre sembla se renfrogner avant de reprendre la parole. Le corps de l'enfant ne ressemblait plus à l'innocent qu'il souhaitait incarner quelques instants avant. Les yeux cernés et maléfiques, la peau veinée de noir, les ongles sales et griffus. Tout criait à la possession, à l'être maléfique.

"Si j'étais toi je.."

"Tu ferais quoi petite merde?"

"Prend gardes, tu.."

"Ne durera pas. Penses-tu que te cacher dans le corps d'un enfant te sauvera? Pas de moi, assurément." Ricana l'entité en faisant tourner la batte d'un air convaincu.

"Tu ne me fais pas peur."

"Oh..et bien nous sommes deux alors."

Et en sifflotant, il tourna le dos à l'enfant-démon pour observer la pièce, cherchant quelque chose en particulier. Un pot à crayons aux couleurs douteuses s'écrasa sous son premier coup, rapidement suivit par une piles de livres.

"Alors, alors, où pourrais bien être ce réceptacle..."

"Tu n'es même pas un prêtre..Imposteur!"


"Un imposteur pour en chasser un autre, plutôt ironique, non? Mais mon costume me va mieux à moi, c'est indéniable."

"Je sais qui tu es! Tes plumes de piaf ne feront pas long feu!"

"Oh oooh, tu sais qui je suis et tu fanfaronnes encore? Tu es sérieusement ravagé mon enfant..."

Une boule à neige éclata sur le sol, renversant liquide,débris et verre et fausse neige sur la moquette abîmée.

"Enfermé pour avoir commis une erreur impardonnable, tu n'es rien, tu te crois important mais c'est faux!"


Corvus s'humecta les lèvres, plus agacé par le souvenir de son emprisonnement injuste que l'irrespect de cet esprit parasite.

"Si tu es si puissant, pourquoi perdre ton temps précieux ici? C'est parce que tu ne vaux plus rien! Rien!"


"Chuuut petit menteur, mes occupations ne te regardent pas. C'est impoli de s’immiscer dans la vie des grandes personnes, tu sais? Mais je suis de bonne humeur... Sache juste que ta mort m'aidera à gagner des points pour reprendre ma place. Tu vois, tu es privilégié en fait, quel chanceux!"

Sifflotant toujours, son regard se posa alors sur une marionnette. Une infâme et horrible poupée décrépite représentant une sorte d'homme en costume.

"Yerk, quelle horreur..." éructa le Corbeau de dégoût en relevant son arme de bois, s’apprêtant à écraser cette immondice...Qui ne correspondant absolument pas à une chambre d'enfant.

'Non, non, stop! Arrête! Je vais partir!" La batte resta un instant en suspend. "Je vais quitter ce corps pour un autre, tu as gagné!"

Souriant, l'être divin chantonna alors une ancienne comptine pour enfant.

"ttt ,ttt,tttt ?" Et s'apprêta à donner le coup de grâce à l'artéfact corrompu. Aussitôt interrompu par l'esprit maléfique dont la voix transpirait la peur cette fois-ci.

"Corvus Hunter!"
"Quoi! Je suis occupé par Osiris!"
"Hunter!"

"Ouai, ouai, j'avais entendu la première fois.. Tu vas supplier? Me promettre monts et merveilles? C'est peine perdue, tu n'as absolument rien qui peut m’intéresser."

"Merlin."

"Super."

"Merlin est né."


"Arthur avec et son épée profondément enfoncée dans son fion aussi, je présume?"

"Un humain avec le sang du Druide Merlin est né, je l'ai vu."

"Et alors?"

"Celui qui goûtera à son sang, voir parviendra à le dévorer deviendra puissant, extrêmement puissant. De quoi se contreficher d'une histoire de points inutiles.."

Vaguement intéressé, le Grand Sage baissa sa batte en souriant doucement, agitant un doigt réprobateur en direction de l'esprit.

"Genre un humain comme ça existerait... Vis-tu dans un conte de fée, petit Menteur?"

"La vérité vraie! Je l'ai vu! Je l'ai même goûté! Regarde!"

Et sur ces mots, le garçon se mordit lui-même l'avant bras, laissant une trace de morsure particulière. Il agita son poignet vers Corvus.. Tandis qu'en arrière plan, dans le dos de l'Entité, la marionnette de bois se mouvait doucement, étirant son bras vers un compas posé non loin d'elle.

"Je lui ai laissé un souvenir comme ça..."

"Tu es sacré menteur, même pour un esprit malin toi!"

"Je te jure! Et son odeur..Il sentait super bon! Une odeur de rose envoûtante et unique!"

"De rose hein.."

"Si tu me laisses partir, je t'aiderai à le trouver!"

Une moue dubitative mais pensive étirait les lèvres de l'Entité magique tandis que dans son dos, silencieusement, la marionnette avait refermé sa main sur son arme scolaire et..s'élança d'un coup vers la nuque de sa future victime.

Qui la réduisit en bouillit à cet instant même. L'enfant hurla en même temps que l'objet craquait. Avant que le silence n'envahisse la pièce. Étrangement, l'obscurité pesante qui rodait dans la chambre sembla s'évaporer et le garçon s'affala dans ses draps sans bruit. Une respiration calme et apaisée s'en éleva peu après.

"Bon, ça, c'est fait." se félicita le Grand Corbeau d'un air satisfait, faisant tournoyer la batte avec doigté. "Je gère."

**

Ressortant de la maison en sifflotant, Corvus ne prêta pas attention aux deux nouveaux venus qui accompagnaient les parents du malheureux possédé. Il s'adressa uniquement aux concernés.

"Mission accomplie."

"C'est vrai? Kevin va aller mieux?"

"Oui absolument, il est ... exorcisé." compléta Corvus d'un regard en biais vers les deux prêtres présents à côté. Et faisant fit des cris de soulagement de la mère, il sortit une bouteille d'alcool clairement ancienne de son veston.

"J'ai pris ceci en remerciement pour mes efforts." Absolument pas une question, mais le père acquiesça vivement, le remerciant, avant de lui remettre sa veste sur les épaules sous l'injonction silencieuse de son "sauveur". Et le regard éberlué des hommes d'église.

"D'où venez-vous mon Père? Est-ce une paroisse lointaine?"

"Plutôt oui." Un sourire en coin malgré un sérieux de circonstance, il leur indiqua le ciel. "Directement des plus hautes instances."

Et sur ce commentaire aussi mystérieux qu'important, il prit congé pour rejoindre sa voiture.

Rajoutant quelques minutes plus tard une nouvelle contravention au propriétaire légitime du véhicule.






( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
 
[1.2] Le sale travail
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Votre plan de travail
» Une visite sur son lieu de travail [PV]
» Racisme ou déli de sale gueule? (Alice)
» T'as une sale gueule aujourd'hui # MARIO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our dudes :: UA Hwayugi-
Sauter vers: