Our dudes

My dude is your dude
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Going to Wonderland ! [UA - PART ?]

Aller en bas 
AuteurMessage
Arutha L. Kark
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/03/2015

MessageSujet: Going to Wonderland ! [UA - PART ?]   Jeu 27 Avr - 12:07


Le ciel orangé s'était confortablement installé sur les collines du comté, tirant doucement mais sûrement sur sa couverture mauve. Le paysage était beau, indéniablement. Arutha regrettait juste d'avoir mis tant d'années à le comprendre. Cet endroit, il l'avait longtemps détesté de tout son coeur. Moins pour son panorama et son isolation que pour ce qu'il représentait ; une retraite. Un asile. Une planque. Voilà ce qu'ils étaient au fond : des planqués. Condamnés à vivre ici jusqu'à la fin de leurs jours. Oui mais....
Son regard se posa sur l'homme qui essayait - ou pas - de résoudre le conflit qui agitait les trois gamines. Connaissant Corvus, il était autant capable de jouer les médiateurs que de leur proposer des défis farfelues pour les départager. En tout cas, si cela avait l'air de faire rire les deux aînées, la petite dernière ne semblait pas apprécier du tout. Sans retenir un soupir faussement las, Arutha rejoint le groupe et souleva sans prévenir la fillette de 4 ans.

« Allez, ça suffit. »  

Si les deux soeurs encore à terre posèrent un regard surpris sur leur père, Corvus laissa quant à lui échapper une fausse exclamation de surprise.

« Oh ! C'est donc pour ça qu'il fait si sombre chez toi ! Défronces un peu les sourcils pour voir ? »

La pique eu le don de faire rire les deux grandes mais pas la plus petite qui continuait de gigoter pour grimper à son tour sur la balançoire accrochée au vieux chêne.

« Il va faire nuit dans 10 minutes. », grogna Arutha en réponse à l'allusion évidente. « Tout le monde rentre. »

« Le soleil va se coucher dans 10 minutes. », rectifia l'aînée de 8 ans. « Mais y aura encore de la lum... »

« Si t'apprenais tes leçons aussi bien que les répliques de ton père tu serais première de la classe ! », coupa sèchement l'ex-policier.

Il regretta aussitôt ces paroles sévères qui plongèrent sa fille dans un mutisme vexé et boudeur. Conscient du malaise qui venait de faire irruption, Corvus s'empressa de le dissiper d'une blague dont il avait le secret avant de sagement proposer à sa fille aînée de rentrer quand elle ne pourrait plus distinguer leurs chats dans la semi-obscurité.

« Je sais ce que tu va dire. », maugréa Arutha tandis qu'ils ramenaient - plus ou moins de force - les deux plus jeunes à la maison .

« Vraiment ? Surprends-moi ! Je ne savais pas moi-même que j'allais dire quelque chose petit Kark. »

Arutha haussa les épaules en accélérant le pas. Il savait trop bien - et Corvus le savait aussi - qu'il était trop exigeant avec la fillette qui était déjà deuxième de sa classe. Et première dans certaines matières... Mais ni les conseils de son compagnon ni cette lucidité n'avait réussit à le rendre moins strict avec ses enfants. Elles devaient réussir quoiqu'il arrive pour prouver au monde entier de quoi elles étaient capables. Et quelle superbe éducation elles avaient reçu de leurs parents.

Il ralentit l'allure lorsqu'ils entrèrent dans l'étable qui séparait le jardin arrière du long couloir qui menait à la maison principale. Les deux gamines exigèrent de donner des grains aux poules et de caresser les chèvres avant de rentrer et il accepta sans rechigner.

« Vous restez là, pas de bêtise ! Je vais voir ce qu'elle fait. », expliqua-t-il à Corvus en faisant demi-tour.

Un soupir las lui répondit.

« Et si tu la laissais tranquille ? »

Mais la suite lui donna raison ; loin de rester sagement assise sur la balançoire, la fillette de 8 ans avait entreprit de grimper à la corde pour atteindre la première branche et escalader le vieil arbre. Avant qu'Arutha n'ait le temps d'exprimer son désaccord, Corvus attrapa son bras et le tira en arrière, juste sous le porche. Dissimulés des regards, il s'empressa de le plaquer contre le mur en bois et de coller ses lèvres aux siennes. L'autre aurait probablement répliqué un " Pas devant les enfants ! " attendu s'il n'avait pas poursuivit son entreprise en glissant une main dans son dos et prolongé son baiser langoureux. Il sentit sa proie finalement se détendre et lâcher prise, jusqu'à participer à cet échange passionné. D'une main, il attira Corvus plus près de lui. Déséquilibré, l'avocat dû poser sa main sur la paroi de bois derrière son compagnon pour ne pas lui tomber dessus.... et lâcha aussitôt une exclamation de douleur.

« Ca faisait longtemps ! », ricana Arutha en regardant Corvus ôter l'écharde qu'il avait sous la peau.

« C'est une réclamation ? »

« Pas ce soir ! » protesta l'autre non sans lui planter un dernier baiser sur les lèvres. Et puis ils étaient trop vieux pour faire ça dans le foin et se gratter toute la nuit....

Glissant sous les bras de son amant, il s'esquiva pour retourner près de l'arbre.... où sa fille n'était plus visible. Il leva la tête mais elle n'était nulle part dans les branches. Il l'appela d'un ton sévère en faisant le tour de l'arbre. Pas de réponse.

« Voilà, tu as obtenu ce que tu voulais ! »

Arutha n'en était malheureusement pas si sûr... La gamine avait hérité de beaucoup trop de traits de caractère de Corvus et elle excellait dans le dépassement des limites. Il retourna tout de même à l'étable pour vérifier si son conjoint avait raison. Leurs deux dernières furent formelles : leur grande soeur n'était pas encore rentrée.

« Eh merde ! »

Il ressortit en trombe en criant le nom de son aînée, sous le regard mi-amusé mi-blasé de Corvus. Et si elle était tombée ? Non, elle aurait été au pied de l'arbre ! Et si elle était repartie à l'étang malgré l'heure tardive ? Et si elle avait fugué parce qu'il avait été un tout petit peu trop sévère ? Et si ....

« N'oublie pas de respirer, tu vires un peu au mauve. », se moqua Corvus. « Allez ! Elle peut pas être loin. »

Le regard assassin de l'ex-policier le persuada d'hausser les épaules et de faire le tour du jardin à son tour, sans grande conviction. Sans cesser de faire tourner entre ses doigts la branche morte qu'il avait ramassée sur le bord de la balançoire, il contourna la maison en sifflotant. Il s'arrêta pour faire semblant de lancer un objet au chien qui le regardait avec de grand yeux ronds et ricana en l'observant partir au grand galop après l'objet fictif. Sans surprise, Corvus avait mit beaucoup moins de temps que son compagnon à s'accoutumer à cette vie. Arutha mettait bien sûr ça sur le fait que, contrairement à lui, il n'avait pas vraiment abandonné son métier mais les choses étaient tout de même très différentes de son "ancienne vie". Les affaires qu'il défendait étaient rarement aussi intéressantes que celles qu'il avait l'habitude de traiter en ville et les clients instruits étaient bien moins nombreux que les paysans maladroits ou de mauvaise foi. A une époque, il aurait probablement éclaté de rire si on lui avait annoncé qu'il vivrait à la campagne, entouré de deux chèvres, six poules, deux chevaux, un chien, cinq chats, quelques lapins, trois filles et un ex-policier reconvertit en agriculteur grognon. Mais maintenant qu'il était là, il n'aurait probablement échangé sa vie pour rien au monde. Même les filles qu'il ne voulait pas vraiment étaient rapidement devenues attachantes.

Tournant autour de la propriété, il revint à son point de départ où Arutha remuait toujours ciel et terre.

« Elle est pas devant. », avoua-t-il à regret.

Où cette fichue gamine avait-elle pu aller ? Il n'y avait pas 36 endroits dans cette propriété. Il leva à nouveau les yeux vers les branches de l'arbre puis laissa son regard glisser le long du tronc. C'est alors qu'il remarqua une étrange masse noire derrière le buisson au pied du chêne. Non sans une pointe de stress, il écarta les branches de l'arbuste pour découvrir... un trou. Qui semblait en réalité être un tunnel juste assez grand pour un enfant de petite taille. Et assez profond....

« T'aurais été là-dedans toi ? », demanda fébrilement Arutha qui s'était penché au-dessus de son épaule.

Tout comme lui, il connaissait déjà la réponse.

« Hum.... j'aurais été là-dedans. » confirma-t-il en sentant l'inquiétude le gagner.

Il avait mit longtemps à comprendre la gravité de certaines conneries qu'il avait pu faire étant enfant mais maintenant qu'il était assez grand pour en saisir toute l'ampleur, il ne pouvait que trop bien imaginer les risques que courrait son aînée hyperactive.

« Ca doit bien ressortir quelque part. », marmonna-t-il autant pour se rassurer lui qu'Arutha.

« Y A INTERET OUAI ! »

Ils passèrent les minutes suivantes à arpenter le jardin et les champs alentour de long en large en espérant repérer, dans la lumière du coucher de soleil, un trou ou n'importe quelle cavité qui pourrait déboucher sur un tunnel. Corvus essaya de se concentrer en ignorant royalement les accusations pernicieuses de " C'est à cause de toi ! " , " C'est ta fille tout craché ! " et " C'est ton éducation ! " que lui balançait l'homme qu'il avait à cet instant précis très envie de baffer. Il allait proposer l'option lampe de torche lorsqu'enfin une voix sembla leur parvenir de l'ouest. Ils l'entendirent pratiquement en même temps et se lancèrent ensemble dans une course effrénée vers la source du cri.

« Papaaaaaa !! »

« On est là ! C'est pas le bon tunnel pour le pays des Merveilles ! » , balança-t-il d'un ton mi-plaisantin mi-grondeur.

« Tu crois vraiment que c'est le moment ? Tu te rends compte de ce que tu aurais pu.... »

« Hey ! T.... »

« Papas ! Je suis coincée ! », chouina la fillette en coupant court à leur prise de bec. « Et... et j'ai mal. A la cheville. »

Cette fois, Arutha se contenta d'observer Corvus en attendant qu'il propose LA solution miracle. Après tout, c'était lui l'expert en situation inextricable, non ? Comprenant ce qu'on attendait de lui, il se coucha obligeamment par terre pour apercevoir le visage de sa fille. Piochant dans les souvenirs de ses propres aventures, il lui conseilla d'abord de se tortiller en arrière pour reculer un peu, d'avancer son bras gauche, puis son bras droit, de tortiller à nouveau du bassin pour se mettre de biais.... la manoeuvre prit plusieurs longues minutes et il faisait déjà nuit noire lorsqu'enfin il réussit à attraper sa fille par le bras et à la tirer jusqu'à lui sans danger. Malgré l'obscurité, les deux pères devinèrent qu'elle était noire de terre. Corvus souleva sans effort l'enfant transie de froid et de peur qui plaqua aussitôt sa tête contre son épaule.

« Bon. Tu l'as vu ce lapin à montre au moins ? »

La boutade fit rire la jeune fille et arracha même un sourire à Arutha qui passa une main aimante autour des hanches de son amant. Le baiser qu'il déposa discrètement sur sa joue finit de le convaincre que sa colère avait laissé place au soulagement et à la reconnaissance. Il participa même à l'échange surréaliste sur le pays des merveilles qui suivit.

« Pourvu qu'elles aient pas bougé. », s'inquiéta-t-il au moment de rentrer dans l'étable.

Et c'est un Corvus la tête haute, encore un peu boudeur, qu'il entendit répondre :

« Ah, celles-là c'est les tiennes, tu te démerdes ! »
Revenir en haut Aller en bas
 
Going to Wonderland ! [UA - PART ?]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ
» Mentor/Apprentie Le Départ!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our dudes :: UA Monde Réel-
Sauter vers: